Libérer la valeur du capital naturel

Finance Environnementale

Alors que le monde se concentre sur la lutte contre les changements climatiques et la perte de biodiversité, il existe un intérêt croissant pour l’investissement dans le capital naturel afin de réduire les émissions de carbone, restaurer la biodiversité et stimuler une croissance économique durable. Environ la moitié du PIB mondial dépend des services écosystémiques, mais il existe actuellement peu de possibilités d’investir dans le capital naturel.

Le groupe ACDG adopte une approche intégrée de l’aménagement des terres en Afrique qui tient compte de la valeur du capital naturel. Dans le Grande Mayumba, au Gabon, nous avons inscrit la valeur du capital naturel des 731 000 hectares de paysages dans notre bilan, et nous sommes en mesure de valoriser les émissions de carbone que nous évitons grâce à notre approche affinée et planifiée, en conformité avec la loi gabonaise sur le développement durable.

Grâce à un accord officiel de type partenariat public-privé, notre Société soutient le Gabon à élaborer dans l’élaboration des outils techniques nécessaires pour mesurer et évaluer ses actifs carbone en fonction de ses obligations de contribution nationale déterminée (CDN) au titre de la CCNUCC (la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques) et de l’Accord de Paris. Cela permettra au Gabon d’accéder à des financements climatiques sur les marchés internationaux des capitaux de développement et fournira également le mécanisme permettant à Grande Mayumba de monétiser les émissions de carbone qui auront été évitées. 

Notre expertise dans la structuration de solutions pour le financement climatique, renforcée par notre pôle d’innovation, ForestLAB, nous permet d’apporter une contribution précieuse aux investissements bénéfiques pour le climat.